Zita, Mexique

#témoignage , #parent

Zita, Mexique

Je m'appelle Zita et maman d'une fille 16 ans et un garçon 20ans.
Nous vivons l'expatriation depuis 19 ans mon fils étant né à Londres et ma fille aux USA. Nous avons pendant ces 19 ans changé de pays tous les 3 ans en moyenne, Venezuela, USA, France, Dubai, Indonésie, Argentine et Mexique, alors oui, nous avons vécu les challenges du multilinguisme, les déchirures du connu pour l'éternel recommencement, les crises existentielles, le refus, mais surtout et le plus difficile, les choix et décisions de systèmes scolaires. Nous avons essayé un peu de tout, pour finalement laisser nos enfants choisir lequel ils préféraient. Le choix fut le système français non par "amour" mais par manque d'envie de recommencer et devoir revenir en France. Notre expérience avec le système français fut un peu violente et difficile à tous niveaux. Le habilitation ou manque de la même a niveau enseignants, la psychologie académique ou dois-je dire le manque de...mais une chose que je ne regrette pas fut de laisser ce choix (guidé et informé) à mes enfants. Pour les parents qui se soucient de l'intégration des enfants dans la nouvelle école, langue et pays, je peux vous dire ce qui a marché pour nous - dès notre arrivée- aussi tôt que possible j'invitais tous les enfants voisins, collègues d'école pour des goûters, des après-midi jeux et détente à la maison où ils faisaient ce qu'ils voulaient, toutes les semaines voire deux fois par semaine. Je m'assurais que je connaissais ne fut-ce que le basic de la langue pour pouvoir aider dans la communication si nécessaire. Epuisant mais tellement efficace pour tous ; et mes loulous, sans se rendre compte, commençaient à faire ce qu'ils ne voulaient pas et, dans les moments durs, de solitude, déprime, nostalgie, je leur laissais vivre leur peine mais toujours en les faisant parler, extérioriser leur émotions et moi je leur montrais mon désarrois aussi pour leur montrer que c'était normal mais après 5 ou 10 minutes ou après des centaines d'euros dépensés au téléphone ( vive le free du Web) pour l'étranger, tout allait mieux, ils se sentaient validés dans leurs difficultés, et hop, il était temps de sourire et de prendre des fous rires avec tout et n'importe quoi.
Nous avons depuis toujours des amis d'enfance à travers le monde qui viennent passer des vacances avec nous ; mes enfants voyagent quand c’est possible aussi pour les visiter. C'est formidable.
Mon fils a commencé son Uni au Canada à Montréal ; il n'a pas supporté la distance (psychologique) et décidé de suivre ses études en Angleterre ( Europe - aussi loin de papa et maman mais plus proche de ses racines ), nous vivons actuellement au Mexique et nous nous adaptons très très doucement à cette séparation. Ce que j'ai appris jusqu'à maintenant c'est que ce n'est pas facile mais c'est merveilleux l'opportunité de cette vie. Nos enfants sont des enfants du monde où tout est possible.


Témoignage Zita

Le projet

Newsletter